Shopping Addict : va t-on trop loin ?

Dans la société de consommation frénétique dans laquelle nous vivons actuellement, faire les magasins est depuis longtemps une activité que l’on peut qualifier de banale. Toutefois, il n’est malheureusement pas rare de la voir très vite virer en une dépendance parfois difficilement avouable et traitable. L’addiction au shopping, et si on en parlait ? A t-on tendance à aller trop loin ?

L’addiction au shopping : qu’est ce que c’est ?

Bien trop souvent méconnue, l’addiction au shopping est pourtant un mal bien réel qui touche une partie non négligeable de la population mondiale ( à peu près 1,1% d’après de nombreuses études). Elle est communément admise comme un manque de contrôle qui se manifeste par la hâte et la précipitation que mettent les personnes atteintes à faire en permanence de nouvelles acquisitions de choses qui sont pour la plupart totalement superflues ou absolument pas utiles.

On la classe dans la catégorie des dépendances sans drogues au même titre que celles aux jeux vidéos ou à l’Internet. C’est donc un mal qui doit être traité avec le plus grand sérieux.

Comment se manifeste l’addiction au shopping ?

Si, à la base, s’acheter des articles a souvent tendance à nous procurer une sorte de grande satisfaction, lorsque vous tombez dans le cas de la dépendance au shopping, cette sensation de bonheur ne dure que le temps d’un feu de paille. Elle s’estompe bien assez vite. Ce qui fait que (comme avec les autres types de dépendances), les personnes atteintes multiplient les achats inutiles, dans le vain espoir de retrouver le plaisir. C’est ainsi qu’elles tombent dans l’exagération et dans le mal.

Elles commencent par dépenser sous le coup de certaines émotions ( solitude, tristesse, colère…) pour ensuite ressentir de la culpabilité et de la honte. Elles cachent leurs achats et préfèrent toujours utiliser leur carte de crédit. Elles ont de sérieuses difficultés financières.

Quelques conséquences de cette addiction

La première conséquence est bien souvent celle des problèmes financiers. Toutefois, la personne atteinte souffre elle aussi. Elle est en conflit avec elle même et sait qu’elle doit s’arrêter, mais elle n’y arrive pas et à chaque fois, l’envie prend le dessus. Avec les mensonges, les disputes et les dissimulations qu’elle est obligée de faire, la relation avec son entourage a également tendance à en pâtir.

 

Revenir sur la page d’accueil.