Comment fonctionne un casque antibruit ?

Le bruit au-delà d’une certaine intensité est très dangereux pour l’organisme. L’intensité du bruit se mesure en décibels. Et il existe une norme de décibels à respecter afin de ne pas porter atteinte à votre capacité auditive. Si vous devez travailler dans usines ou tout lieu émettant assez du bruit il vous faut une protection. Ainsi il existe des casques antibruit capables de réduire les décibels de bruit dans vos oreilles. Mais comment fonctionnent ces casques antibruit ?

Les différents types de casques antibruit

casque antibruit passif bébé

Les casques antibruit existent sous deux formes : les casques actifs et les casques passifs. Ces deux casques ont un mode de fonctionnement différent l’un de l’autre. Les casques antibruit passifs réduisent simplement les effets du bruit ambiant en réduisant le niveau de décibels. Ils permettent de rendre l’environnement d’écoute plus confortable. Ils sont principalement utilisés sur le lieu de travail. Peu importe le travail que vous devez faire, à partir du moment où l’intensité du bruit est trop élevée, il vous faudra un casque de ce genre. En effet, les casques antibruit passifs jouent un rôle d’isolant phonique entre vos tympans et l’environnement.

Le casque antibruit passif réduit le bruit extérieur ou permet de le masquer si possible. Chaque modèle de casque passif a son propre niveau de diminution du bruit, ce qui fait que le casque peut être adapté à tout type d’environnement. Notez que la manière de porter le casque dépend cependant du fabricant. Aussi le casque est disponible pour les adultes, mais la version pour bébé et enfant existe également. La forme et le modèle du casque peuvent varier de l’adulte au bébé, mais les fonctions restent les mêmes – pour approfondir, lire ce site comparatif.

Le casque antibruit actif

casque antibruit actif bébé

Les casques antibruit sont après les casques passifs les seconds types de casques. Ces casques sont différents des casques passifs. Nul besoin de vous donner une explication scientifique sur leur fonctionnement. Mais nous pouvons vous dire que le bruit émis n’est rien de plus qu’une onde qui a des hauts et de bas sous forme d’une ondulation. La fluctuation de cette onde peut être visualisée sur des courbes sinusoïdales plus ou moins proches en fonction de la fréquence de bruit émise. Ces courbes correspondent à des oscillations d’air qui sont précisément exposées à ces pressions sonores. Par conséquent, pour chaque fréquence, il existe une série de phases pleines et autres phases creuses ou montées et descentes.

La bonne idée de l’ingénieur allemand Paul Lueg était de trouver un moyen de compenser les différentes phases de la courbe en ajoutant un autre bruit afin d’atténuer l’intensité du bruit extérieur. Cette phase de compensations remplit le creux. Tout se passe comme si la phase de compensation et la phase creuse s’annulaient. Cependant, si cette idée est née en 1933, il a fallu le développement de la technologie numérique avant que le développement des casques antibruit actifs soit véritablement efficace.

Veuillez noter que les casques actifs nécessitent un équipement supplémentaire. Il ne s’agit pas seulement d’un casque antibruit. Il vous faudra un micro pour capter le son, un analyseur de fréquence, un filtre pour traiter les données et un haut-parleur intégré dans le casque. Ces éléments sont importants pour activer le « contre bruit » du casque.

À lire …

Présentation de l’électrostimulateur Beurer EM 49.